La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Il est temps de régler l’écart salarial entre les femmes et les hommes une fois pour toutes.

Au Québec, près de 25 ans après la Loi sur l’équité salariale, les femmes font encore l’objet d’une discrimination systémique fondée sur le sexe. En 1997, l’écart salarial horaire moyen était de 15,8 %. Aujourd’hui, il demeure encore au-dessus de la barre des 10 %. Cette situation est inadmissible.
Devra-t-on attendre encore 40 ans avant que l’équité soit enfin devenue réalité? Il faut agir et réviser la loi dès maintenant. 

Documents
Info-Équité - 01-2020 (Français)

Equity-Info - 01-2020 (Anglais)

Une année pour défendre et porter la voix du monde

Équité salariale - Sans compromis
Équité salariale - Modifications à la Loi
Équité salariale - Rapport du ministre 2019
 

Questions et réponses du Conseil du trésor

Le Conseil du trésor a créé, sur son site Internet, une section  « Questions – Réponses  concernant le maintien de l'équité salariale » afin de diffuser des renseignements additionnels à l'ensemble des salariées et salariés concernés par l'évaluation du maintien de l'équité salariale. Foire aux questions ici

 
L’Équité salariale, c’est quoi?

La Loi sur l’équité salariale a pour but de corriger, à l’intérieur d’une même entreprise, la discrimination salariale envers des personnes qui occupent des emplois typiquement féminins.

L’équité salariale, c’est donner aux personnes occupant des emplois traditionnellement féminins un salaire égal à celui des personnes occupant des emplois traditionnellement masculins de même valeur pour l’entreprise, même si ces emplois sont différents.

Le principe d’équité salariale implique de tenir compte de toutes les caractéristiques des emplois d’une entreprise pour les évaluer à leur juste valeur.

Certaines caractéristiques des emplois surtout occupés par des femmes sont souvent oubliées ou sous‑estimées pour différentes raisons. En négligeant – souvent involontairement – ces habiletés et ces compétences, c’est l’apport des emplois féminins qui est sous‑estimé et, par conséquent, sous-rémunéré. Loi sur l’équité salariale ici